martes, 29 de septiembre de 2015

De retour en Belgique après 15 ans d'absence.

De retour aux sources, en Belgique, après plus de quinze ans, les changements allaient certainement être profonds. Ce voyage n'était en principe pas prévu, les dates n'étaient pas les meilleures non plus mais, c'était en ce moment ou peut-être jamais. La décision a donc été prise rapidement. Ce fut aussi et finalement LA bonne décision. De retour au Chili, une fois, après le retour en Belgique, j'ai voulu partager cette expérience de mon retour aux sources. De simples constatations de la vie quotidienne, commentées, classées et regroupées subjectivement et personnellement par catégorie. Vous les trouverez ci-après.  Vos remarques, suggestions, commentaires et critiques sont toutes les bienvenues.

Les militaires. Première grosse surprise. La quantité de militaires patrouillant à l'aéroport Charles de Gaulle de Paris en tenue de combat et armement de guerre en main. Est-ce habituel ou une simple coincidence, je ne le saurai peut-être jamais mais, je l'ai su par après, le jour même, un peu plus tôt, un attentat sanglant frappa une plage tunisienne. La Tunisie est quand même loin de Paris, me suis-je ensuite fait la réflexion... La seule fois que j'ai pu observer autant de militaires et policiers armés jusqu'au dent au Chili, je m'en rappelle parfaitement, c'était en 2014, lors d'un transfert de fonds entre la Banque Centrale du Chili située à Santiago et les banques situées en dehors de la capitale chilienne. Ayant également vécu la dernière année du régime du général Pinochet, je n'avais jamais vu cela. Comme elle a changé, la France! En résumé, moins -2 points car l'armée dans la rue indique un certain malaise de la société et n'est pas un signe de paix sociale, indépendamment des causes de sa présence. Ce n'est pas vraiment positif pour la Démocracie, le moins mauvais des régimes politiques.

Les éoliennes. Deuxième surprise surprenante, les moulins à vent modernes. Il y a 15 ans, il n'y en avait pas ou alors très peu. Elles ont poussé, presque un peu comme des champignons et on en retrouve partout, sur la terre ferme et même au large des côtes, en pleine mer. On les devine au loin sur la ligne de l'horizon. Elles font à présent partie du paysage. Sans nul doute, un grand progrès du point de vue écologique et énergétique. L'argument de qu'elles peuvent tuer des oiseaux, provoquent un bruit excessif ou ne sont pas jolies me semble totalement hors de contexte quand il s'agit de remplacer de vieilles centrales nucléaires aussi dangereuses que coûteuses et dont on ne sait comment à l'heure actuelle se débarrasser de leurs déchets. Un point très positif donc pour les européens, qu'ils continuent ainsi, ils sont sur le bon chemin. En résumé, plus +2 points pour le développement de technologies propres et peu polluantes.

L'immigration, les femmes voilées et l'Afrique noire. Par rapport à il y a 15 ans, il y a un très grand nombre de femmes et adolescentes -même très jeunes- plus ou moins voilées. Surtout dans certains quartiers des grandes villes et les transports en commun. Enormément aussi d'africains ou de personnes originaires d'Afrique noire. Et puis, il reste encore -et bien sûr- des gens aux traits européens. Trois grands groupes raciaux bien différents. Je n'ai malheureusement pas observé beaucoup d'interaction entre les membres des différents groupes, sauf quelques rares exceptions qui confirment la règle. En résumé, moins -2 points. L'immigration n'est pas mauvaise en soi mais il faut en parallèle un désir d'intégration et une adaptation de toutes les cultures présentes entre elles. Il est logique de s'adapter à son hôte et non pas le contraire.

Les retrouvailles avec les amis. Physiquement des petits  changements pour la plupart d'entre nous. Quelques cheveux en moins pour certains ou des kilos et rides en plus pour d'autres. Les amis d'enfance ont grandis. Plusieurs sont devenus parents à leur tour ou même déjà grands-parents. Quelques bières, quelques petits restaurants bien sympathiques, de longues et intéressantes conversations, des échanges d'expérience de vie. Comme le temps est passé rapidement! Les amis finalement sont bien restés des amis, malgré le temps et la distance. En résumé, plus +4 points pour les retrouvailles et l'amitié.

La pauvreté et un état général d'abandon. Certaines stations de métro sales -c'est le moins que l'on puisse dire- les trains, les trams, les rues, les avenues, et les places toutes tagguées de symboles aussi mystérieux que bizarres. Les trottoirs, un parcours d'obstacles dû a la croissance incontrôlable des racines et à un manque d'entretien évident. Les mendiants sont aussi plus  présents qu'auparavant, ils sont non seulement belges, français, européens ou encore d'un peu partout du monde entier. Il n'y a pas de frontière. Et on se rend rapidement que la pauvreté a augmenté ces dernières années. Le pays de cocagne ne l'est pas -ou plus- pour tout le monde. En résumé, moins -3 pour un début d'état -à moins que ce soit l'État- général d'abandon et de pauvreté.

Les sacs en plastique et le triage des ordures ménagères. Grande nouveauté et immense contraste avec le Chili, les sacs en plastique sont devenus rares et chers en Europe. Pas question de faire ses courses sans son propre sac, recyclable de préférence. Les ordures et déchets existent encore et toujours mais maintenant on peut les classer, comme en taxonomie, il y a des genres différents et on ne peut pas les mélanger entre eux s'ils ne sont pas de la même espèce. Il y a donc des déchets plastiques, des organiques  biodégradables, des métalliques et bien d'autres encore. Avec un peu de patience, on comprend vite comment fonctionne le système. En résumé, plus +2 l'écologie et le recyclage ne sont pas une mode mais une nécessité à plus court terme que l'on pourrait bien vouloir penser.

La Belgique, une fois... Ou Deux? La Flandre et la Wallonie. Deux régions d'un seul et même pays, deux pays différents ou deux mondes différents? Ces différences ne sont pas seulement linguistiques, elles sont aussi culturelles, politiques ou encore économiques et sont présentes dans plusieurs domaines. Certaines apparaissent au premier regard, d'autres sont beaucoup plus subtiles. Pas besoin d'entrer dans les détails : ceux qui ont voyagé dans ce petit pays savent bien de quoi il s'agit. En résumé, 0 point, ce n'est ni négatif, ni positif mais les différences sont fort profondes et ne sont pas complémentaires. Plus tôt que tard, probablement le pays se divisera en deux ou trois nations plus petites encore.

Résumé final, comme on s'en doutait avant notre retour, le pays a évolué. Certaines choses sont mieux qu'il y a 15 ans. D'autres, franchement moins bien ou même pires. On retiendra les retrouvailles avec la famille et les amis ainsi que le développement de multiples concepts écologiques intéressants. On fermera les yeux temporairement, mais pour combien de temps encore, sur le recul de la Démocratie, la militarisation, la croissance de la pauvreté, les divisions internes,  les grandes différences à l’intérieur d'un même pays et de l'immigration sans réel désir d'intégration.

martes, 11 de agosto de 2015

La viscache (Lagidium viscacia).

La viscache (Lagidium viscacia).
 
Autres noms parfois utilisés : viscache commune, viscache de Cuvier ou viscaque.
 
ES. Vizcacha, vizcacha común, vizcacha montesa, vizcacha de la sierra, vizcacha montanera ou chinchillón.
 
DE. Hasenmaus, Bergviscachas ou Cuvier-Hasenmaus.
 
EN.  Southern viscacha.
 
Classe: Mammalia. Mammifères.
 
Ordre: Rodentia. Rongeurs.
 
Sous-ordre: Caviomorpha ou Hystrichomorpha. Un sous-ordre de rongeurs représentés dans le nord du Chili par  trois familles : Abrocomidae, Chinchillidae et Ctenomydae.
 
Famille: Chinchillidae. Rongeurs qui possèdent des pattes antérieures  plutôt courtes, au contraire des pattes postérieures qui elles sont longues et musclées. Les membres postérieurs ont quatre doigts, dont seulement trois sont fonctionnels. Ils ont des vibrisses, des poils sensoriels correspondants aux moustaches, longues et fortes. Au Chili, cette famille est représentée  par les deux genres Lagidium et Chinchilla. Une troisième famille Lagostomus existe en Argentine.
 
Genre. Lagidium. Distribuées sur le centre et le sud de l'Amérique du  Sud. Peut atteindre 40 cm entre le museau et le tronc.  Le corps est robuste. La queue est de longueur similaire au reste du corps,  recouverte de long poils sur toute son extension, plus accentués sur le  tiers postérieur de celle-ci qui généralement s'enroule sans couvrir le dos.  La peau est recouverte de poils longs très touffus et soyeux, ce qui rend  la fourrure intéressante du point de vue commercial. De taille plus grande  que le genre Chinchilla. Possède des pavillons auditifs allongés semblables à ceux d'un lièvre. Au Chili, une seule espèce de ce genre est presente.
 
Espèce. Lagidium viscacia (Molina).

Description. Rongeur de taille moyenne, à l’aspect robuste et au pelage doux et fin. De coloration plutôt grise. Il y a une certaine variation de tonalité en fonction de l'âge de l’individu observé.  Il mue partiellement mais de manière permanente, ce qui lui donne une  une tonalité non uniforme de par la coexistence de poils nouveaux et anciens. Elle peut mesurer jusqu’à quatre-vingt centimètres et peser un kilo.
 
Aire de distribution géographique. Au Chili, dans la cordillère des Andes de l’extrême nord au centre du pays. Il se retrouve également dans le sud du Pérou, le sud ouest de la Bolivie, et le nord ouest de l’Argentine, entre  2000 et 5000 msm.
 
Habitat. Dans les terrains escarpés et rocheux des contreforts  montagneux et des hauts plateaux, dans les endroits xérophytes ou arides.
 
Comportement. Ils n'hivernent pas mais descendent en altitude en cas de mauvaises conditions climatiques. Vit généralement en colonies pouvant atteindre une centaine d’individus et parfois plus. On la retrouve très souvent dans les rochers, immobile avec ses deux grandes oreilles pointant vers le ciel, en train de se réchauffer au soleil. Sa queue relativement longue lui permet de s’équilibrer lorsqu’elle se déplace en sautant d’une pierre à l’autre. En situation de danger, elle émet un sifflement aigu alertant ainsi tous les individus de la colonie qui disparaissent immédiatement dans les galeries rocheuses proches.
 
Reproduction. La période de gestation de la femelle est d’environ cinq mois pour une portée d’un ou deux petits. La maturité sexuelle est atteinte entre sept mois et un an.
 
Alimentation et digestion. Herbivore, elle se nourrit de végétaux durs, de graminées et herbacées, comme : Festuca sp, Calamagrostis sp, Senecio sp, Districhia sp, Parastrephia sp. et Werneria sp. Parfois même de cactacées et de la luzerne (Medicago sativa), si elle se trouve à proximité de ses terriers. La viscache est cæcotrophe : elle réingère ses excréments qui traversent une deuxième fois le tube digestif en passant par le cæcum, une partie du colon et sont finalement rejetés sous forme des crottes dures et sèches agglomérées et empilées les unes sur les autres. (En ce qui concerne le métabolisme il y a un certain  parallélisme avec les ruminants.) Finalement, en ingérant des matières fécales afin d’assurer l’apport de nutriments indispensables à sa survie, la viscache est aussi coprophage ou scatophage.
 
Prédateurs et parasitage. Son habitat ne coïncidant pas avec celui des hommes, ses principaux prédateurs sont donc des animaux sauvages : le puma (Puma concolor), le chat des Andes(Leopardus jacobita), le renard des Andes (Pseudalopex culpaeus syn. Dusicyon culpaeus) et quelque rapaces. Il est parasité par un cestode, un parasyte qui vit dans son tube digestif, le Diplophallus taglei.
 
Photographies. Des photographies d'animaux chiliens, dont la viscache, sont disponibles sur ma page de Google+ en cliquant sur le lien ci-dessous :

Bibliografía.
 
- BioBol.org, Sitio de Consulta y Opinión Acerca de Temas Ambientales, Áreas Protegidas de Bolivia, Fauna de Bolivia, Ecoturismo de Bolivia.
- Waza.org, World Association of Zoos & Aquariums.
- Wikipedia,L’encyclopédie libre. En Français et en Espagnol.
- Fauna del Altiplano y Desierto de Atacama, Vertebrados de la Provincia de El Loa, Rámirez - Gilmar et Pincheira Daniel, Phrynosaura Ediciones, Calama, Chile, 2005.
- La viscache, Daniel Hochmuth, Recherche Personnelle, 2010.